GWALIOR

Comme beaucoup de villes indiennes, la fondation de Gwalior tient plus de la légende que de la réalité. La ville serait née au 8ème siècle de la rencontre entre Suraj Sen, un chef local, et l'ermite Gwalipa. Ce dernier soigna Suraj Sen de la lèpre. Pour le remercier il fonda une ville en lui donnant le nom de l'ermite. Gwalipa prédit que les descendants de Suraj Sen resterait au pouvoir tant qu'il porterait le nom de Pal. Cette prédiction se vérifia jusqu'au 83ème souverain. Le 84ème se fit appeler Tej Karan et perdit le pouvoir.
La ville changea de main plusieurs fois entre 1232 et 1751. En 1398 la dynastie des Tomar prit le contrôle de Gwalior. En 1505 Man Singh, le plus grand des Tomar, repoussa Sikandar Lodi du Sultanat de Delhi. Mais en 1516 le successeur de Sikandar, Ibrahim Lodi, fit le siège de Gwalior qui tomba un an plus tard.
Ce fut ensuite le tour des moghols, sous Babur, de prendre la ville. Ils en gardèrent le contrôle jusqu'au 18ème siècle. En 1738 le marathe Ranoji Scindia s'empara de Gwalior. Quand les britanniques colonisèrent l'Inde, Gwalior passa sous leur contrôle, les Scindia en gardant la gestion. En 1857, lors de la révolte de cipayes, les troupes indiennes du fort suivirent le mouvement de mutinerie alors que le maharaja resta fidèle aux anglais. Il s'ensuivit une répression sanglante.
Aujourd'hui encore le maharaja de la ville est un Scindia. Madhav Rao Scindia est par ailleurs membre du Parlement.

La région de Gwalior est connue pour ses bandits de grands chemins, les dacoits. La plus célèbre des dacoits est Phoolan Devi, surnommée "la reine des bandits". Emprisonnée pendant 11 ans, elle est aujourd'hui membre du Parlement.

 
  À VOIR
LE FORT
 

 

Le fort de Gwalior a une histoire de plus de 1000 ans et il fut le bastion de tous ceux qui régnèrent sur la région. Il fut bâti sur une colline de 3 kilomètres de long. Les remparts mesurent 10 m de haut et entourent le haut de la colline. Le fort renferme quantité de monuments parmi lesquels :

Le Man Mandir Palace : ce palais fut construit par Man Singh entre 1486 et 1517. À l'époque les toits étaient recouverts de tuiles de cuivre et d'or aujourd'hui disparues. Certains murs sont recouverts de céramiques et de peintures montrant des canards, des éléphants, des paons... Il possède quatre niveaux dont deux souterrains. Il faut parcourir le Man Mandir pour découvrir les riches décorations, les peintures, les frises, les coupoles, les balcons, etc...

 
   
 

Les Sasbahu Mandirs : Il s'agit de deux temples. Sas et Bahu signifie mère et belle-fille en hindi. Dédiés à Vishnu, ils furent construits par Mahipala Kachhawaha en 1093. Il fit bâtir le plus grand pour sa mère et le plus petit pour sa femme. Ils ont une forme de croix et respectent l'architecture traditionnelle des temples hindous. On peut y voir des figures humaines sculptées sur les murs. La pièce centrale du grand temple possède quatre grands piliers soutenant le toit.

 
   
 

Le Teli-ka-Mandir : c'est le plus ancien monument du fort. Malgré sa forme inhabituelle il s'agit d'un temple entièrement recouvert de sculptures. La porte d'entrée est surmontée d'une effigie de Garuda, la monture sacrée de Vishnu.

 
   
  Le Bawadi : il s'agit d'un réservoir qui pouvait stocker une grande quantité d'eau destinée à l'approvisionnement du fort. Il possède 80 piliers et abritait autrefois un temple dédié à Shiva. Quand les moghols s'emparèrent du fort il jetèrent le lingam du temple en bas de la falaise. Il ne fut retrouvé que des centaines d'années plus tard.
 
   
   
LA TOMBE DE MOHAMMAD GHAUS
 

Il s'agit du mausolée d'un saint musulman qui aida le moghol Babur à s'emparer du fort de Gwalior. Il fut construit au 16ème siècle dans le style moghol, il a une forme de carré et est flanqué de quatre tours à coupoles. La grande coupole centrale était autrefois recouverte de tuiles en céramique bleue.

 
   
   
LA TOMBE DE TANSEN
  Tansen était le plus célèbre musicien de la cour de l'empereur moghol Akbar. La légende raconte que sa voix mélodieuse donnait naissance aux nuages. Sa tombe fut construite au 17ème siècle dans un jardin où se tient toujours, chaque année, un festival de musique. Les feuilles du tamarinier qui s'y trouve aurait des propriétés magiques dont celle d'éclaircir la voix.
   
LE PALAIS JAI VILAS
  Ce palais fut construit entre 1872 et 1874 par Sir Michael Filose pour la visite du Prince de Galles. Bien que bâti en grès il fut peint en blanc pour donner l'illusion du marbre. Le maharaja de Gwalior réside toujours dans le palais mais 35 pièces sont réservées au musée. Dans le Dunber Hall deux énormes chandeliers de plus de trois tonnes chacun sont suspendus au plafond. Avant de les accrocher, les architectes firent monter dix éléphants sur le plafond pour tester sa solidité. Les murs de la salle furent décorés à la feuille d'or (58 kg furent nécessaire). Il y a bien d'autres curiosités à voir, dont des statues érotiques, des meubles en cristal, des véhicules miniatures et surtout le petit train qui amenait les digestifs et les cigares à la table après le dîner.
 
   
   
 
retour
carte
   
 
accueil du site