L'enfance de Rama

Sur le rive de la Rivière Sarayu se dressait la belle ville d'Ayodhya, capitale du Kosala. Dans la ville se trouvaient de magnifiques palais décorés de pierres précieuses. Les flèches des grands temples se dressaient au-dessus de la ville comme pour toucher le ciel. Pour protection, la ville était entourée d'une grande douve. Les habitants d'Ayodhya étaient pacifiques et heureux. Nul n'était ignorant, ni pauvre. Tous avaient la foi en Dieu et lisaient les écritures tous les jours.

Chacun ou chacune connaissait son rôle dans la société. Les brahmanes dévouaient leur vie à l'étude des textes sacrés. Les chefs et les guerriers gouvernaient et protégeaient la ville. Les fermiers et les marchants nourrissaient et habillaient les citoyens.

Pourtant, tout n'allait pas pour le mieux à Ayodhya. Dasaratha, le roi, était malheureux. Bien qu'il fût très âgé, il n'avait pas de fils héritier pour son trône.

Un jour le roi convoqua son prêtre Vasistha. "Vasistha", dit-il, "je me fais vieux. Je désire un fils, un fils qui prendra ma place sur le trône."

Le prêtre ne savait que trop que son roi avait besoin d'un fils. Il répondit, "Dasaratha, tu auras des fils. J'exécuterai un rite sacré pour plaire aux dieux."

Excité par ces nouvelles fantastiques, le roi courut vers ses trois épouses Sumitra, Kaikeyi et Kausalya, pour leur dire, "Je vais avoir des fils !"

À la même époque beaucoup de dieux étaient de plus en plus irrités par Ravana, le chef des rakshasas, ou des démons. Ravana n'était pas un démon ordinaire. Il avait dix têtes et vingt bras. Il avait aussi des pouvoirs remarquables. Mais il utilisait son pouvoir pour empêcher les dieux et les hommes saints de réaliser les rites sacrés. C'était une affreuse insulte à tous les saints.

Apprenant les actes de Ravana, Vishnu, le protecteur de l'univers, décida qu'il était temps de faire quelque chose. Mais quoi ? Des années auparavant, Ravana avait reçu un don. Ce don le protégeait des dieux et des démons. Alors comment, se demandait Vishnu, Ravana pouvait-il être stoppé ?

Vishnu se disait, "Ravana, dans son arrogance, ne s'est protégé que des êtres dont il pensait qu'ils pouvaient l'atteindre. Il ne s'est pas protégé des humains et des singes."

Vishnu décida de naître sous la forme d'un homme qui pourrait tuer Ravana. Cette décision plut aux dieux et aux saints.

Vishnu envoya un messager au roi Dasaratha avec un payasam, une douceur au lait et au riz, à laquelle avait été ajoutée une potion spéciale.

Le messager dit, "Donne cette boisson à chacune de tes trois épouses. C'est une bénédiction qui t'apportera des fils." Puis le messager disparut.

Le roi donna la boisson à chacune de ses épouses. À peine avaient-elles fini que le ventre de chacune fut entouré d'une lueur divine.

Une grande joie se répandit dans la ville quand quatre fils furent donnés au roi. Leurs noms étaient Rama, Lakshmana, Bharata et Satrughna.

Dès l'enfance, tout le monde remarqua que Rama et Lakshmana étaient inséparables. C'était comme si une vie se partageait deux corps.

Les quatre fils grandirent dans l'intelligence. Ils apprirent les écritures sacrées. Ils se dévouèrent à la protection des autres. Dasaratha était heureux.

Il aimait regarder ses fils grandir devant ses yeux. Il ne le disait pas, mais Rama tenait une place particulière dans son cœur.

Un jour le sage Vishwamitra vint à Ayodhya pour voir le roi. Le roi avait un grand respect pour lui.

"Salutations, oh, toi le sage. Qu'est-ce qui t'amène dans mon royaume ?"

Le sage dit, "Je viens te demander une faveur."

"En quelle manière puis-je t'aider ? Il n'y a pas de souhait assez grand qui ne puisse être demandé," répondit le roi.

"Je suis ravi s'entendre ces mots de ta bouche," dit Vishwamitra.

"Je tente de réaliser un important rite sacré qui est toujours et toujours interrompu par les démons de Ravana. Mes vœux m'empêchent de combattre moi-même ces démons."

Le roi écoutait attentivement.

"Je prie, Dasaratha, pour que tu me permettes d'emmener Rama avec moi pour protéger mon rite sacré."

"Mais Rama n'est qu'un enfant. Il n'a que seize ans. J'ai une meilleure idée. Je t'enverrai mes armées pour combattre ces démons. Je viendrai même avec toi. Je combattrai ces démons de mes propres mains. Mais s'il te plaît, n'emmène pas Rama. Sans Rama, je ne pourrais plus vivre, même quelques minutes."

Le roi commençait à pleurer.

Vishwamitra comprenait la peine du roi. Mais le sage n'avait pas le choix non plus. Il savait que Rama était un avatar, ou une incarnation de Vishnu sur terre. Il savait aussi que seule la forme humaine de Vishnu pouvait tuer Ravana.

Le roi parla à Rama de la requête de Vishwamitra. Rama comprit et partit de son plein gré avec le sage.

"J'irai aussi, père," déclara Lakshmana. Le roi ne protesta pas.

Rama et Lakshmana, armes sur l'épaule, suivirent le sage le long des rives de la Rivière Sarayu.

Le voyage était long. Quand les trois s'arrêtaient, le sage prenait le temps d'apprendre aux garçons à se servir des armes puissantes des dieux pour combattre les démons.

Ils voyagèrent jusqu'à ce qu'ils atteignent la lisière d'une effrayante forêt. Ils firent une pause. Le sage dit, "Il y avait autrefois un pays magnifique et prospère. Aujourd'hui la terrible démone, Tataka, vit ici. Elle attaque et tue quiconque entre."

Ni Rama ni Lakshmana ne furent effrayés.

Le sage se tourna vers Rama et dit, "Maintenant il est temps pour toi de débarrasser cette forêt des ces démons. En le faisant, tu redonneras au pays la prospérité et la paix qui régnaient autrefois."

Rama saisit son arc et prit des flèches dans son carquois. Rama et Lakshmana suivirent Vishwamitra dans la forêt. Ils entendirent beaucoup de bruits étranges et effrayants. À chaque pas ils s'enfonçaient un peu plus dans la forêt.

Soudain il y eut un rugissement inhumain. Les trois hommes s'arrêtèrent. De nulle part un énorme rocher fut lancé du ciel droit sur Rama. Il mit une flèche en place et banda son arc. Il tira juste au moment où le rocher était sur le point de l'atteindre. La flèche brisa le rocher en deux. Les morceaux tombèrent au sol sans faire de dommages.

Puis apparaissant entre deux arbres, Rama eut une horrible vision. C'était la forme hideuse de la démone, Tataka. Elle était énorme. Autour de son cou se trouvait un crâne humain. Elle avait des griffes aiguisées dans ses mains. Elle regardait Rama et poussait des grognements. Lakshmana décida de ne pas attendre plus longtemps. Il tira avec son arc et blessa gravement la démone. Un étrange regard passa sur son visage au moment où elle sentit la flèche percer sa chair. Posant ses mains sur la blessure elle gémit, "Quels mortels m'ont-ils blessée ?" Puis visant avec précaution, Rama décocha une flèche dans le cœur de Tataka, la tuant.

La démone à peine morte, les dieux du paradis firent pleuvoir des fleurs de lotus sur Rama pour le bénir. Les trois poursuivirent leur voyage dans la forêt. Tout au long du chemin, Rama et Lakshmana tuèrent quantité de démons.

Le sage dit à Rama : "Tu me ravis. Je te donnerai des armes encore plus puissantes pour défaire les ennemis."

Il savait que la tâche de Rama était loin d'être terminée. Il fallait encore s'occuper du puissant Ravana. C'était une chose de tuer les démons de Ravana, c'en était une autre de tuer Ravana lui-même.

Les trois quittèrent finalement la forêt. Ils se dirigèrent vers Mithila pour aller voir le roi Janaka.

Voyant le sage, Janaka l'accueillit en disant, "T'ai-je parlé de ma fille ?"

"Parle-moi d'elle," répondit le sage.

Le roi parla : "Il y quelques années, un partie des mes terres fut labourée et j'ai trouvé un enfant divin dans un sillon. Je l'ai prénommé Sita et l'ai adopté comme ma propre fille. Elle a grandi et est devenue une belle jeune femme. Beaucoup de princes désirent sa main en mariage."

"Mais je veux que l'homme qui se mariera avec ma Sita soit un homme de grande force et de grande vertu. Pour prouver sa force, cet homme devra lever et bander l'ancien arc de Shiva. Aucun homme n'a eu assez de force pour seulement lever cet arc."

Le sage se tourna vers Rama et dit, "Il y a un arc appartenant au Roi Janaka que je voudrais que tu bandes."

Rama pénétra dans une longue pièce remplie de milliers de personnes. L'arc était si lourd qu'il fallait pas moins de cinq cents hommes exceptionnellement forts pour porter l'arc et son boîtier dans la pièce. Plusieurs des princes qui avaient tenté de lever l'arc regardèrent Rama s'approcher de l'arme. Rama contempla l'arc de Shiva. D'abord il le toucha. Il était beau. Puis sans le moindre effort, il extirpa l'arc de son boîtier et commença à le bander. À ce moment là, l'arc se cassa en deux et tomba sur le sol du palais. D'abord personne n'y crut, puis tout le monde se mit debout et chanta, "Rama. Rama."

Le roi se mit sur ses pieds et déclara, "Sita a trouvé son époux ! Envoyez un messager à Ayodhya pour les informer du mariage de Rama et de ma fille Sita.

La cérémonie du mariage eut lieu au palais. Pendant la cérémonie, le culte du feu sacré commença. Les sages récitèrent des mantras, des prières.

Après cela, le Roi Janaka dirigea Sita vers Rama. Il plaça la main de Sita dans celle de Rama et dit à Rama, "Voici Sita, ma fille, Ô Rama, elle est dès maintenant ta partenaire pour la vie. Accepte-la. Prends sa main dans la tienne. Elle te suivra toujours comme ton ombre."

Rama regarda Sita. Il n'avait jamais vu de femme plus belle. Sita regarda Rama. Elle n'avait jamais vu d'homme plus gracieux.

Après le mariage tout le monde retourna à Ayodhya. Toute la cité acclama leur arrivée. Rama et Sita continuèrent à servirent leurs parents et à charmer les dieux. Sita et Rama étaient le mari et la femme parfaits. Ils étaient très dévoués l'un à l'autre.

Les parents de Rama le regardaient mûrir en jeune prince. Rama était un jeune homme parfait. Il possédait toutes les qualités nobles. Il était patient avec les erreurs des autres mais ne se trompait jamais lui-même. Il appréciait la compagnie des aînés et des sages. Il était très intelligent et courageux. Il était vertueux et bon. Il était un guerrier parfait. Il savait quand utiliser ou non la violence. Il était vigoureux, fort et beau. Il était très instruit dans les écritures. Rama était un sat-purusa, l'homme idéal.

 


La vie à Ayodhya

Le roi avait vieilli. Il remarqua les présages l'avertissant que sa fin était proche. "J'ai assez vécu", pensait-il. "Je dois être sûr que mon trône ira à Rama, le plus méritant de mes fils. Quelle bénédiction se serait de le voir roi avant que j'aille au paradis."

"Il en sera ainsi," conclut Dasaratha, "J'abdiquerai et Rama sera fait roi."

Le roi parla à tout le monde de sa décision. Il pria les prêtres de commencer les rites sacrés qui permettraient à Rama de monter sur le trône d'Ayodhya.

Kaikeyi, la dernière et la plus jeune des trois épouses du roi, avait entendu parler de la décision de faire de Rama le roi pendant que Dasaratha était encore vivant. Cette décision lui plut.

Mais Manthara, une servante, ne voulait pas que Rama soit le roi. Si elle pouvait convaincre Kaikeyi d'une manière ou d'une autre de faire changer d'avis le roi, sa position dans le palais serait assurée.

Le soir, elle parla à Kaikeyi en secret. "Si Rama prend le trône, tu perdras tout ton contrôle sur le roi. Si Rama est couronné, sa mère contrôlera le royaume. Ton règne viendra à finir. Réveille-toi. Agis maintenant. Tu dois convaincre Dasaratha que c'est ton fils qui doit devenir roi."

Kaikeyi crut Manthara. Elle décida d'aller voir Dasaratha.

Elle fit tout son possible pour convaincre Dasaratha de l'écouter.

"Dasaratha," commença Kaikeyi, "Te souviens-tu de ce jour où je t'ai sauvé la vie dans la bataille ? Te souviens-tu comment j'ai arrêté ton char emballé."

"Oui," répondit le roi.

"Et te souviens-tu de ce que tu as dis après ?"

Sans attendre de réponse, elle dit, "Oh mon puissant roi et aimé mari, tu m'as promis deux vœux. Entends mes vœux aujourd'hui pour qu'ils puissent être exaucés."

Le roi écouta à contrecœur les requêtes de sa femme.

"Premièrement," commença-t-elle "je souhaite que mon fils, Bharata, soit placé sur le trône d'Ayodhya. Deuxièmement, je veux que Rama soit banni du royaume pendant une période d'au moins quatorze années."

Le roi tomba à genoux et implora sa jeune femme de ne pas lui demander de telles choses atroces.

En tant qu'homme vertueux et honnête, il savait qu'il ne pourrait pas revenir sur sa parole. Pourtant il ne pouvait pas s'imaginer demander à Rama de renoncer au trône et de partir pendant quatorze ans. Il devint pâle et sans voix.

Kaikeyi annonça à Rama la terrible nouvelle. Plutôt que de discuter, Rama consola son père.

"Père, tes paroles sont loi. Je ferai ce que tu demandes. C'est le devoir sacré qu'un fils doit à son père."

Puis, il se tourna vers sa mère Kausalya, et demanda "Assure-toi que père fasse de Bharata le prince héritier."

Rama s'agenouilla et toucha les pieds de ses parents avec respect. Il se leva, se retourna et quitta le palais.

Lakshmana déclara, "Je détruirai quiconque s'oppose à tes droits sur le trône..."

Rama répondit, "Non, Lakshmana. Tu sais qu'il est de mon devoir sacré, mon dharma, d'exaucer ces souhaits."

"Mon frère, si tu dois quitter Ayodhya, alors je te suivrai," dit Lakshmana.

Rama tenta de convaincre Sita de rester, mais elle dit en sanglotant, "Et, il est de mon devoir, mon dharma, en tant que femme, d'être à tes côtés. Comment pourrais-je vivre sans toi ? Je dois me joindre à toi."

Rama fit tout pour les convaincre de rester mais ils insistèrent.

"Alors, Sita, viens avec moi," dit Rama.

Rama donna aussi la permission à son frère de les suivre.

Dès que les trois eurent quitté le palais, ils retirèrent leurs habits royaux et passèrent des vêtements d'ermites.

Le peuple d'Ayodhya pleura lorsque Rama, Sita et Lakshmana quittèrent la ville. Alors que le chariot passait hors de vue, Dasaratha cria, "Rama ! Rama ! Ne me quitte pas."

À la longue, Darasatha perdit la volonté de vivre. Son cœur lâcha tout simplement. Ayodhya pleura la perte de son roi.

En quelques jours, Rama, Lakshmana et Sita traversèrent le Gange à la recherche d'une terre paisible et isolée de tous.

Bientôt il atteignirent Chitrakoot, un bel endroit avec beaucoup d'arbres et de ruisseaux. C'était le paradis. Ils bâtirent un petite hutte près d'un ruisseau.

Plusieurs jours passèrent. Lakshmana, alors qu'il chassait dans la forêt, entendit le martèlement de milliers de sabots. Il grimpa dans un arbre pour voir quelle armée approchait. À son grand étonnement, il vit que le cavalier de tête portait l'étendard d'Ayodhya. Bharata avait trouvé ses frères. Lakshmana était sûr que son frère venait pour les tuer.

Lakshmana appela Rama : "Une grande armée approche emmenée par notre frère Bharata. Je le tuerai de mes propres mains."

"Ne sois pas fou," dit Rama. "Il est notre frère et il est le roi. Nous devons l'accueillir."

Bharata embrassa ses frères. Il pleura, "Mon cœur est plein de chagrin et de honte. Chagrin pour la perte de notre noble père. Honte pour avoir reçu le trône qui te revenait de plein droit. Reviens à Ayodhya et sois notre roi."

"Cela ne peut pas être fait," dit Rama. "J'ai donné ma parole et je resterai ici pendant quatorze années et pas une de moins. Alors seulement je reviendrai."

Rien ne put influencer Rama.

"Rama, mon frère," déclara Bharata, "aussi longtemps que tu seras en exil, personne ne sera roi. Pour en être sûr donne-moi tes sandales. Je les mettrai sur le trône. Pour les quatorze prochaines années je servirai notre terre en ton nom. Et, si après ces quatorze années, tu ne reviens pas, je marcherai dans le feu et mourrai."

Bharata prit les sandales, monta sur son cheval et quitta la forêt. Au Kosala, Bharata posa les sandales de Rama sur le trône sang et or d'Ayodhya.

 


La vie dans la forêt

Plusieurs jours passèrent. Rama, Lakshmana et Sita marchèrent vers le sud jusqu'à atteindre la forêt de Dandaka. Autrefois magnifique, Dandaka était maintenant une terre stérile et désolée. Des lambeaux d'écorce d'arbres morts parsemaient le sol. Tout ce qui restait de l'ancienne luxuriante forêt, c'était des souches d'arbres. Le bruit du vent semblait avertir quiconque s'approchait. La nuit, des démons sillonnaient la lande à la recherche de chair.

Des hommes de religion qui avaient abandonné les richesses du monde et étaient devenus ermites vivaient aussi dans la forêt. Ils parlèrent des horreurs que les démons de Ravana avaient commises. Rama et Lakshmana promirent de tuer tous ces démons.

Après dix années, Rama, Lakshmana et Sita traversèrent la Rivière Godavari et atteignirent Panchavati. Il y avait là une magnifique forêt, inviolée par les démons. L'air était chargé de l'odeur des fleurs. Les fruits étaient tous transformés en vin. Les oiseaux chantaient joyeusement.

"Construisons une hutte ici," dit Rama.

Non loin de là vivait l'ancien roi des vautours, Jatayu. Jatayu se lia d'amitié avec eux et prenait plaisir à protéger Sita pendant que les frères allaient à la chasse.

Juste au-delà de la clairière vivait Shurpanakha, la démone. Elle était la sœur de Ravana. Elle avait un gros ventre, des oreilles énormes, des griffes au bout des doigts et des orteils, des fentes à la place des yeux, et des cheveux sales.

Un jour elle aperçut Rama dans la forêt. Elle lâcha l'os qu'elle rongeait et dit, "Je le veux pour mari."

Usant de ses pouvoirs magiques, elle se transforma en belle servante.

Elle demanda à Rama, "Pourquoi un homme fort et gracieux comme toi vit-il dans cette forêt ? Qui es-tu ?"

Rama lui raconta son histoire. Apercevant Sita, la démone dit, "Cette femme n'est pas assez bien pour toi."

Rama répondit, "Et qui, permets-moi de te le demander, l'est ?"

"Moi. Je peux te rendre heureux."

"Peut-être devrais-je te présenter à mon frère, Lakshmana," dit Rama en plaisantant à moitié.

Sentant qu'elle n'intéressait pas Rama, la démone se fâcha. Elle reprit sa forme originale et sauta sur Sita.

En un instant, Lakshmana se saisit de son couteau en or à sa ceinture et coupa le nez et les oreilles de la démone. Elle hurla de douleur en s'enfuyant.

Shurpanaka courut jusqu'à rencontrer ses frères Khar et Dushan qui vivaient à la lisière de la forêt. Voyant le visage ensanglanté de sa sœur, Khar cria, "Qui t'a fait cela ?"

Sa sœur blessée gémit, "Un humain."

"Un humain !" répondit Khar, "Quel homme peut-il faire cela ?

Emmène-nous à lui. Nous le tuerons."

Khar rassembla son armée de guerriers démons et pénétra dans la forêt.

Lakshmana remarqua que le ciel s'assombrissait. Le jour semblait se transformer en nuit. Il regarda de nouveau. Le ciel était rempli de démons volants. Voyant cela, Rama dit à Sita de rester dans la hutte. Avec Lakshmana à ses côtés, Rama fit face aux forces de Khar. Rama tira ses flèches d'or vers le ciel. À chaque tir, les démons blessés tombaient au sol.

La féroce bataille se poursuivit. Aucune magie et aucune arme n'auraient pu sauver les démons des armes divines de Rama. À la fin, Khar et ses 14 000 guerriers étaient abattus.

Shurpanakha regarda avec horreur comment ses frères et leur armée étaient détruits. Elle se précipita à Lanka pour voir son frère Ravana.

"Oh, Ravana. Khar et Dushan ont été tués par des humains. Tous leurs guerriers sont morts aussi," pleura Shurpanakha.

Ravana se leva de son trône. Les couronnes de ses dix têtes scintillaient. Il leva ses dix bras gauches en désignant sa sœur défigurée et dit, "Et combien de milliers d'humains ont ainsi si bien combattu ?"

"Il n'y en avait que deux, mon seigneur," répondit Shurpanakha en pleurnichant.

"Deux !" rugit Ravana, sa voix résonnant dans le palais.

"Les deux princes bannis d'Ayodhya. Ils ont fait cela seuls," dit sa sœur.

"Quels dieux sont de leur côté ?" demanda Ravana.

"Encore une chose," ajouta Shurpanakha. "La femme de Rama, Sita, est la plus belle femme que j'ai jamais vue. Elle ferait une excellente reine ."

"Sita," dit Ravana.

"Celui que Sita embrasse comme son mari s'attirera la faveur des dieux," ajouta-t-elle.

"Peut-être y a-t-il un moyen de réparer les blessures de ma sœur et de venger la perte de mes deux frères," se dit Ravana. "Je pourrais punir Rama d'une façon à laquelle il ne s'attend pas."

Ravana fit amener son char magique et partit. Il voyagea par delà le vaste océan et les grandes montagnes jusqu'à atterrir au repaire de Mareech, le magicien. Ce magicien était capable de prendre la forme de n'importe quel humain ou n'importe quelle bête.

Ravana parla de Rama à Mareech. Il parla aussi de son désir d'enlever Sita de la forêt, de l'emmener à Lanka et d'en faire sa reine.

"Je ferai tout mon possible pour t'aider," dit le magicien.

Il poursuivit. "J'irai à la forêt de Chilrakoot où je me changerai en cerf doré et j'irai me tenir près de leur hutte. J'attirerai Rama au loin. Tu feras le reste."

Le lendemain, un magnifique cerf apparut au bord du ruisseau à Panchavati. Il enchanta Sita.

"S'il te plaît, capture ce cerf pour moi," demanda Sita à Rama.

Lakshmana regarda prudemment la créature. Il dit à son frère, "Ce cerf est trop beau. Il est trop parfait. Je n'ai jamais vu un cerf comme ça avant. Frère, approche le avec prudence."

"Reste avec Sita," dit Rama à Lakshmana.

"Je le ferai, mon seigneur," répondit Lakshmana.

À peine Rama avait-il fait un pas vers le cerf qu'il s'élança dans la forêt. Il éloigna Rama de plus en plus loin de la hutte. Au fond de la forêt, le cerf s'arrêta. Rama se rapprocha de lui. À ce moment là, le cerf reprit la forme de Mareech.

"Lakshmana avait raison," s'écria Rama. Son cœur s'emplit de peur. Il courut aussi vite que possible.

Il entendit une voix qui ressemblait exactement à la sienne, "Lakshmana ! Au secours !"

Rama savait qu'il avait été dupé. Il espéra que son frère ignorerait ces cris.

"Lakshmana," soupira Sita. "C'est ton frère, mon mari. Il appelle à l'aide. Tu dois y aller."

"Mais Rama m'a dit de ne pas te quitter."

Sita insista, "Tu dois l'aider."

"Je ne peux pas," répondit Lakshmana.

"Tu ne peux pas ? N'es-tu pas inquiet par la sécurité de mon mari ? Comment peux-tu rester ici à ne rien faire ? Ne l'aides-tu pas parce qu'il n'est que ton demi-frère ? Ou parce qu'il est mon mari ?"

"Alors j'irai le trouver," dit Sita.

"Non !" dit Lakshmana.

"Si tu ne vas pas le chercher, Lakshmana, je me tuerai."

Finalement Lakshmana prit sa décision. Avant de partir, il dessina un cercle autour de l'entrée de la hutte.

"Sita," dit-il, "ne franchit pas ce cercle magique. À l'intérieur tu seras en sécurité."

Lakshmana se saisit de son carquois et courut en direction de la voix de Rama.

Caché derrière un arbre, Ravana regardait son plan se dérouler comme prévu.

En un instant, il se changea en sanyasi, un vieil homme sage, tenant une sébile.

Voyant cette chose commune, et sachant que son devoir était de nourrir le pauvre, Sita offrit un fruit à l'homme. Ravana remarqua le cercle magique. Il savait que tant qu'elle resterait à l'intérieur du cercle, il ne pourrait pas l'avoir. Il devait attirer Sita à l'extérieur.

"Prends cette offrande," dit Sita.

"Je suis un sanyasi. Je ne peux entrer chez toi. Pour accepter ta gracieuse offrande tu dois sortir de chez toi."

Sita hésita. Elle avait toujours aider les pauvres. Comment pouvait-elle ignorer cet homme ? Désobéissant à Lakshmana, Sita franchit le cercle.

C'est alors que comme un tigre bondissant des herbes hautes, Ravana se saisit de Sita et la mit dans son char.

Sita hurla, mais il était trop tard. Le char partit dans le ciel et accéléra vers Lanka.

Alors que Ravana se dirigeait vers le sud, Jatayu, le grand aigle, vit Sita. Jatayu déploya ses grandes ailes et suivit le char. "Libère Sita," déclara Jatayu "ou je te tuerai."

Ravana ignora la menace. Jatayu ouvrit une des portes du char. Il enleva doucement Sita du char et la déposa à terre.

Pris d'une fureur aveugle, Jatayu attaqua les bras et les têtes de Ravana. Le sang jaillit du corps mutilé de Ravana. Dès que Ravana perdait un bras ou une tête, il repoussait. Jatayu s'épuisait au combat. Sentant cela, Ravana sortit son épée et coupa les ailes de Jatayu. Le courageux oiseau tomba mortellement au sol. Sita caressa Jatayu.

Elle le remercia d'avoir essayé de la sauver. En un instant, Ravana remit Sita dans le char et reprit son chemin vers Lanka.

Une fois dans la ville, Ravana tenta de convaincre Sita de rester à Lanka et d'être sa reine. Mais Sita n'écoutait rien. Elle n'aimait que Rama. Entendant cela Ravana emmena Sita en dehors du palais et dans le jardin. Il la fit garder par une centaine de démons.

Dans la forêt, Lakshmana trouva Rama sain et sauf. La terreur emplit le cœur de Lakshmana. Lui aussi avait été trompé.

De retour à la hutte, Rama pleura, "Sita est partie. Que vais-je faire ?"

Rama tomba à genoux et pleura sans retenu. "Qu'a-t-elle dû endurer ?"

Rama rassembla ses forces. Il dit, "Cet acte ne devra pas rester impuni. Je tuerai Ravana et toute sa famille."

 


Le séjour de Rama au Kiskindha

Rama et Lakshmana commencèrent à rechercher Sita. Ils entrèrent au Kiskindha, le royaume des singes. Le Kiskindha se trouvait au sud du Kosala. Ils arrivèrent bientôt à une montagne où vivait Sugriva. Il était le chef du royaume des singes. Hanuman, un dévoué disciple de Sugriva, gardait l'entrée du royaume. Voyant les frères approcher, il leur ordonna de s'arrêter.

"Qui êtes-vous ?" demanda Hanuman.

"Je suis Rama, le prince exilé d'Ayodhya. Voilà mon frère, Lakshmana. Nous souhaitons voir ton roi. J'espère qu'il pourra nous aider. Ma femme, Sita, a été enlevé par Ravana."

Rama et Lakshmana rencontrèrent Sugriva. Ils lui racontèrent leur histoire.

Sugriva dit, "Moi aussi je suis un exilé. Mon frère s'est emparé de mon royaume et de ma femme."

Sugriva fit une pause. Il pensait à l'histoire de Rama. Puis il dit, "Aide-moi à reprendre mon trône et je t'aiderai à retrouver ta femme.

Quelqu'un de mon peuple a vu Sita emportée au Lanka. Alors qu'elle passait au-dessus de lui, elle a laissé tomber ça."

Rama tendit la main. C'était un des bijoux de Sita.

Des larmes remplirent les yeux de Rama.

Rama et Lakshmana firent ce qu'on leur avait demandé. Ils battirent le frère de Sugriva et récupérèrent le trône.

La saison des pluies était maintenant arrivée. Rama et Lakshmana retournèrent dans la forêt. Ils ne pouvaient commencer leurs recherches tant que les pluies ne se seraient pas arrêtées à l'automne. Rama était de plus en plus dépressif. La pluie lui semblait comme les larmes des dieux.

Puis, quand le soleil se leva de nouveau sur la terre, Hanuman arriva. Sugriva avait tenu sa promesse. Le guerrier-singe était accompagné d'une grande armée de singes. Hanuman divisa ses troupes en quatre divisions. Chaque division partirait à la recherche de Sita pendant un mois.

À la fin du mois, trois des quatre divisions revinrent sans rien savoir du lieu où se trouvait Sita. Seule la division d'Hanuman n'était pas encore revenue.

 


Le tour d'Hanuman

Un jour qu'Hanuman et ses hommes cherchaient Sita, ils virent un grand oiseau sur les pentes d'une montagne. Cet oiseau était le frère de Jatayu. Hanuman parla de ses recherches à l'oiseau. Puis il demanda, "Sais-tu où est Sita ?"

"Oui," dit l'oiseau, "elle est dans le jardin d'Asoka près du palais de Ravana."

"Comment puis-je arriver jusqu'à elle ?" demanda Hanuman.

L'armée d'Hanuman marcha vers le vaste océan. Il n'y avait aucun moyen de traverser ce grand espace d'eau.

"Nous devons faire demi-tour," dit un des guerriers-singes. "Comment pouvons-nous aller de l'autre côté ?"

D'une voix forte, Hanuman déclara, "Je traverserai cet océan et sauverai Sita."

Hanuman pria de toutes ses forces. Il vit la malheureuse image de Rama. Hanuman pria pour Rama. Incroyablement il commença alors à grandir. Il devint si grand que le sol commença à trembler.

Avec un grand cri, "Victoire pour Rama," Hanuman sauta dans le ciel.

L'armée de singes acclama son chef alors qu'il franchissait le grand océan. Les dieux sourirent en admirant le courage et la dévotion d'Hanuman.

Rien ne pouvait arrêter Hanuman. Sur l'horizon, il pouvait voir Lanka. Alors qu'il s'approchait de la ville, il reprit sa taille normale. Une fois à Lanka, il se mit en route à la recherche de Sita.

Il arriva bientôt au palais de Ravana. Il fouilla chacun des jardins du palais, mais il ne put trouver Sita. Comment pourrait-il repartir sans Sita ou avec quelques mots sur l'endroit où elle se trouvait. Puis il vit un bosquet d'arbres. Sous l'un des arbres se trouvait l'une des plus belles femmes qu'Hanuman ait jamais vue. Elle pleurait et répétait, "Rama, Rama."

"Je l'ai trouvée," déclara Hanuman. "Le seigneur Rama sera si heureux."

Hanuman regarda autour de lui. Il remarqua que Sita était entourée de nombreuses démones.

Alors qu'Hanuman s'approchait d'elle, il vit que Ravana arrivait. Le roi de Lanka s'assit par terre près de Sita. Il dit, "Sita, viens avec moi. Viens vivre dans mon palais. Je ferai de toi ma reine. Tu peux avoir tout ce que tu désires."

Hanuman se cacha.

Sita dit : "Comment oses-tu me parler de cette façon. Tu m'as kidnappée. Je suis la femme de Rama, la fille du roi Janaka. Rama viendra me chercher. Il me sauvera et te tuera, toi et tous tes démons. Si tu me laisses partir, j'essayerai d'épargner ta vie."

Ravana sembla blessé par les paroles de Sita. La colère et la peine emplirent le cœur de Ravana. Il sut à ce moment qu'il n'aurait jamais Sita.

"Alors tu resteras ici," dit-il en s'éloignant.

Hanuman ne bougeait pas d'un muscle. Il attendit et attendit. Les démones qui gardaient Sita se fatiguaient. Une par une elles s'endormirent.

C'était le moment de parler à Sita. Hanuman s'approcha d'elle et s'agenouilla à ses pieds. "N'ai pas peur. Je suis Hanuman, le serviteur et messager de Rama. Il m'a envoyé pour te trouver. Il désespère de ton retour."

"Comment savoir si tu dis la vérité ? Tu es peut-être un autre de ces démons déguisé," dit Sita.

Hanuman mit la main dans sa poche et montra l'anneau de Rama. "Voilà," dit-il, "Cela devrait te prouver que Rama m'a envoyé."

Sita pressa ses mains contre son visage et pleura. "Je suis désolée d'avoir douté de toi. Vas vers Rama et dit lui où je suis. Dis lui que je l'attendrai pour qu'il me sauve." Sita donna un bijou à Hanuman. "Voilà. Amène cela à mon seigneur comme preuve de mon amour."

Soudain les démons se réveillèrent. Ils attaquèrent Hanuman. Il les tua facilement.

Hanuman fut finalement emmené au palais. Ravana ordonna qu'on le tue.

Une des hommes sages de Ravana rappela au roi, "Il n'est pas permis de tuer un émissaire."

"Alors nous le punirons. Mettez sa queue dans le feu. Laissez-le repartir de cette manière," déclara Ravana.

Alors que les hommes du roi enveloppait sa queue dans un linge pour la mettre dans le feu, Hanuman la fit grandir de plus en plus. Plus ils en enveloppaient, plus Hanuman faisait grandir sa queue. Finalement Ravana ordonna, "Mettez la dans le feu !"

Avec sa longue queue dans le feu, Hanuman s'enfuit dans le ciel. Il décida de mettre le feu à la ville de Lanka pour punir Ravana. Il survola la ville et mit le feu à tous les immeubles, temples et palais. Les flammes s'élevèrent vers le ciel. En survolant le jardin d'Asoka il s'assura que Sita était en sécurité. Puis avant de repartir chez lui, il trempa sa queue dans l'océan pour éteindre le feu.

 


La grande guerre

Les guerriers firent un accueil chaleureux à Hanuman. Ils se précipitèrent vers Rama pour lui annoncer les bonnes nouvelles. Jusqu'alors Rama avait abandonné tout espoir de revoir un jour Sita en vie. Quand Rama vit Hanuman de retour, il courut jusqu'à lui.

"Je prie pour que tu aies des nouvelles de Sita."

Sans dire un mot, Hanuman tendit le bijou de Sita à Rama.

Rama loua Hanuman pour sa bravoure et dit, "Tu m'as donné une raison pour continuer à vivre."

Pendant ce temps là au palais de Lanka, Vibhishana, le frère de Ravana, tentait de sauver la vie de Sita, "Laisse là partir," dit-il, "nous pourrons ainsi sauver notre royaume de la colère de Rama."

Ravana répondit violemment, "Si je renvoie Sita, je me ridiculiserai auprès des dieux et des démons."

Vibhishana lança de nouveau un avertissement, "Ne sous-estime pas la puissance de Rama. On dit que Rama est l'incarnation de Vishnu envoyée sur terre pour détruire tout ce qui est profane. Avec ses pouvoirs il détruira Lanka. Pourquoi tenter un tel destin ?"

"Je ne crains personnes," mugit Ravana.

"Donc," dit Vibhishana, "je ne puis rester plus longtemps à Lanka. Sauve-toi toi-même frère."

"Alors pars," hurla Ravana. "Il n'y a pas de place dans mon royaume pour les faibles et les timides."

Vibhishana quitta le palais et s'envola de façon magique vers Rama. Arrivé à son camp, Vibhishana déclara, "Je suis le frère de Ravana. J'ai tenté de convaincre mon frère de renvoyer ta femme. Mais il a refusé et je suis parti de Lanka.

Je souhaite me joindre à toi et combattre à tes côtés."

Rama répondit, "Vibhishana, tu as rejeté le mal pour le bien. Tu es le bienvenu ici."

Désormais Rama avait dessiné un plan de bataille. Vibhishana lui dit que Ravana et son fils maudit, Indrajit, avaient de grands pouvoirs magiques. Son armée était composée de millions de démons.

En échange de son honnêteté et de sa bravoure, Rama promit à Vibhishana qu'il deviendrait le nouveau roi de Lanka.

Rama s'avança jusqu'au rivage et parla au dieu de l'océan, "Écoute-moi," l'interpella-t-il, "je suis Rama. J'ai des armes qui dépassent l'imagination. En un instant je peux assécher ton océan. Si tu veux échapper à ce sort, montre-moi comment atteindre Lanka."

L'océan dit, "Rama, voilà Nala, fils du grand bâtisseur. Il te construira un pont pour enjamber ces eaux. Je soutiendrai ce pont."

Avec l'aide de l'armée des singes, Nala bâtit un pont fait de bois, de rochers et de pierres. Toutes les créatures apportaient leur aide chacune à leur manière. Il fallut cinq jours pour terminer le pont jusqu'à Lanka.

Rama, Hanuman et l'armée des singes traversèrent le pont de nuit. Dès qu'ils eurent atteint Lanka, ils crièrent, "Victoire à Rama !"

L'armée d'Hanuman entoura la ville. Rama savait que Sita serait bientôt sauvée.

Ravana appela deux de ses démons, "Changez-vous en singes. Infiltrez-vous dans l'armée des singes et découvrez ce que vous pourrez."

Les démons entrèrent dans le camp et Vibhishana les reconnus. Ils furent amenés devant Rama. Il décida de ne pas les punir. Il dit, "Apportez un message à votre roi. Dites-lui que je suis venu sauver ma femme et le tuer."

Ravana fut furieux de son incapacité à en apprendre plus sur les plans de Rama. Enragé il appela un de ses démons.

"Fais-moi une copie exacte de la tête de Rama. Puis apporte-la moi," dit-il.

Ravana apporta la tête à Sita. "Ô Sita," dit-il, "Rama a échoué dans sa tentative de te sauver. Son armée a été détruite. C'est la fin de ton espoir. Il est temps de changer d'avis et de devenir ma reine."

Sita regarda Ravana et dit, "Je ne crois rien de tout cela."

Ravana répondit, "Je pensais bien que tu dirais ça. Alors je t'ai apporté la tête de ton mari, trempée de sang et de sable, afin de prouver mes paroles."

Sita s'effondra en gémissant, "Hélas, Ô Rama, tu as suivi ton dharma. Mais je suis devenu veuve. Le veuvage est une terrible tragédie dans la vie d'une femme dévouée au dharma. Tu es venu me sauver, mais tu as donné ta propre vie.

Ô Rama tu es heureux maintenant. Tu as rejoins ton père au paradis. Mais que vais-je faire ?

Ô Rama, je suis l'affreuse femme responsable de tout cela. Je prie pour que tu me prennes aussi. Prends moi avec toi mon amour."

Furieux de la dévotion de Sita pour Rama, Ravana laissa éclater sa colère dans le jardin.

De retour au palais, il ordonna à ses troupes de marcher vers les portes de la ville.

Pendant quatre jours les deux armées se firent face.

Le matin du cinquième jour, la grande bataille commença. Chaque camp subit de lourdes pertes. Le sang remplissait les rues de Lanka. Partout il y avait des corps de guerriers tués.

Rama et Lakshmana se battirent avec courage.

Hanuman fut blessé au cours d'un duel. Vibhishana montra une grande valeur.

Indrajit, fils de Ravana, fit pleuvoir des flèches empoisonnées sur Rama et Lakshmana. Ils furent tellement submergés par cette attaque que les deux frères souffrirent de nombreuses blessures. "J'enverrai sur vous deux la maison de la mort," criait Indrajit.

Rama et Lakshmana saignèrent abondamment, mais ils continuèrent à se battre.

Indrajit lança d'autres armes encore plus puissantes sur eux. Chaque arme emportait son nouveau lot de morts. Rama et Lakshmana tombèrent au sol inanimés.

Vibhishana pria les dieux pour leur sauvegarde. "Protégez Rama et Lakshmana pendant qu'ils sont blessés."

Pendant que les guerriers-singes se tenaient là accablés de douleur, la bataille faisait rage même sans Rama et Lakshmana. Les démons de Ravana se rendirent invisibles et attaquèrent le cœur de l'armée des singes. Les forces de Ravana furent sans merci. Des milliers furent tués par des assaillants invisibles.

Voyant ses forces battre en retraite, Hanuman chargea en poussant un grand cri. "Victoire à Rama ! Mort à Ravana !"

Avec sa remarquable force, Hanuman trancha tous les crânes des ennemis visibles. Il défia tous les hommes de Ravana qui s'avançaient. Voyant le grand courage d'Hanuman, l'armée des singes se rallia derrière son chef et combattit de plus belle.

L'armée de Ravana était en train de perdre son avantage. Mécontent de cette nouvelle, Ravana décida de se joindre à la bataille. Il monta dans son char et s'éleva au-dessus de Lanka à la recherche de Rama.

Entre-temps, Rama et Lakshmana, ayant repris conscience mais encore étourdis, étaient retournés au combat. Ravana regarda le champ de bataille depuis les nuages. Il aperçut alors Lakshmana. Il arma son arc magique et tira. La flèche fendit l'air et frappa le frère de Rama à la poitrine. Il s'écroula. Hanuman se précipita au côté de Lakshmana. Il prit doucement le prince blessé dans ses bras et le mit à l'écart en sécurité.

Juste au moment où les choses commençaient à s'améliorer pour les guerriers de Rama, Indrajit retourna au combat. Il était alors invisible. Tous les soldats singes pouvaient entendre le rire moqueur d'Indrajit alors qu'il s'élevait au-dessus d'eux. Les armes d'Indrajit provoquèrent d'énormes pertes chez les singes. Au moment où il retourna au palais, tous les singes étaient soit blessés, soit tués. Seuls Rama, Hanuman et Vibhishana étaient restés debout.

Rama regarda autour de lui et dit, "La bataille est perdue."

Puis d'une voix faible, Jambuvan, un des chefs de l'armée, dit, "Non, Rama. Nous avons encore un moyen de reprendre l'avantage et de battre Ravana. Dis à Hanuman d'aller sur le Mont Kailasa. Là-bas il verra une colline flamboyante d'herbes médicinales. Qu'il ramène ces herbes avant le coucher du soleil et notre armée sera sauvée."

Hanuman s'éleva au-dessus de la terre et s'envola à grande vitesse.

Quand il arriva sur la montagne, il vit la colline que Jambuvan avait décrite. Mais il ne trouva pas les herbes. Réalisant que le temps était compté, il arracha la colline entière pour l'emporter à Lanka. Hanuman s'envola avec la colline dans une main.

Quand il arriva à Lanka, les guerriers singes commencèrent à inhaler l'air sain dégagé par les herbes. Un par un ils se mirent sur leurs pieds et récupérèrent leurs forces. Même Lakshmana récupéra de sa blessure presque mortelle. Hanuman repartit pour remettre la colline à sa place d'origine.

Rama embrassa Hanuman et dit, "Je ne connais personne qui ait ta valeur et ta dévotion."

Sur ce, Hanuman cria, "Victoire à Rama !"

Utilisant toutes leurs armes, Rama, Lakshamana, Vibhishana et Hanuman vainquirent finalement Indrajit. Le fils de Ravana avait combattu longtemps et durement, mais il était mort à présent.

Apprenant la mort de son fils, Ravana décida qu'il était maintenant temps de tuer Rama et de mettre un terme à ce bain de sang.

S'armant de ses plus puissantes armes, Ravana quitta le palais de Lanka. Il aperçut Rama emmenant l'armée des singes vers les portes de la cité. Ravana tira une flèche magique sur Rama. Voyant la flèche, Rama la coupa avec une de ses propres flèches.

Ravana fit tout pour vaincre son ennemi. Mais à chaque fois, Rama avait une riposte.

Le combat dura deux jours. Rama sentait ses forces le quitter. Il se tourna vers un de ses sages et dit, "Mon esprit est presque parti. Les bras et mes jambes me font mal. Mon cœur veut continuer, mais mon corps ne peut plus répondre."

Le sage dit à Rama : "Écoute attentivement ce secret. C'est le cœur du soleil qui t'apportera la victoire sur Ravana. Prie le soleil, Ô Rama. Lui seul protège tous les êtres. Prie-le."

Pendant que Ravana rechargeait ses armes, Rama s'agenouilla pour prier le soleil.

Le sage dit alors, "Rama, tu vaincras Ravana."

Après avoir regardé le soleil, Rama sentit ses forces revenir. Son cœur était empli de joie.

Ravana attaqua de nouveau. Les deux armées regardèrent.

Rama s'empara de sa plus puissante arme, le missile de Brahma, destiné n'être utilisée que lorsque tout avait échoué. Il la prit dans ses mains. À cet instant, la terre trembla. Tous les guerriers se couvrirent les yeux et se jetèrent au sol.

Rama était calme. Il visa Ravana. Il tira. Le projectile frappa la poitrine de Ravana et explosa. Ravana tomba mort.

"Victoire à Rama !" crièrent ses hommes.

Les dieux louèrent Rama. La terre retrouva son calme. Le vent souffla doucement. Le soleil brilla plus fort que jamais. Vibhishana s'agenouilla près du corps de son défunt frère et se mit à pleurer. "Pourquoi n'as-tu pas écouté mes paroles ? Pourquoi as-tu succombé à Sita et au pouvoir ?"

Rama toucha l'épaule de Vibhishana et dit, "Nos anciens disent que tu ne devrais pas pleurer un puissant guerrier tombé sur le champ de bataille. La victoire n'est le monopole de personne. Ne pleure pas pour celui qui n'est plus. Debout, car nous avons encore du travail à faire."

Vibhishana prépara les rites funéraires pour son frère. "Mon frère était si méchant, que les gens essayeront de m'empêcher de lui donner des funérailles honorables."

Rama répondit, "Personne n'arrêtera ce rite. Les hostilités ont cessé avec la mort. Il est ton frère et il est le mien aussi. Tu dois l'honorer avec ce rite."

À la fin du rite funéraire, Rama fit de Vibhishana le nouveau roi de Lanka.

La femme de Vibhishana et des servantes allèrent chercher Sita dans le jardin. Elle fut vêtue d'un magnifique sari. Les bijoux la rendaient éclatantes. Un point rouge ornait son front.

Sita ne pouvait plus attendre avant de revoir son victorieux mari.

Rama entra dans le palais et s'inclina à ses pieds. Il ressentait de l'amour et de la peine pour sa femme. "Nous devrons retourner à Ayodhya," dit-il.

 


La période après le couronnement

Une fois revenu à Ayodhya, Rama sembla troublé. Beaucoup de personnes émettaient des doutes à propos de la fidélité de Sita pendant qu'elle était à Lanka.

Un jour un messager vint voir Rama et dit, "Je crains que le peuple de notre royaume ait perdu la foi dans la vertu de ta femme. Ravana, disent-ils, l'a rendue indigne d'être ta reine. Même les plus bas des hommes murmurent, 'Comment Rama peut-il oublier que Sita a vécu avec un autre homme ?' "

Rama alla à la fenêtre de sa chambre et regarda Ayodhya. Le chagrin emplit son cœur.

Lakshmana vint voir son frère. Rama se tourna vers lui et demanda, "Qu'est-ce qu'un roi ? Les rois ne peuvent pas être blâmés ni ridiculisés. Ils sont au-dessus de tous les autres hommes. Ils sont au-delà des doutes."

"Je vois de quoi tu parles," répondit son frère. "J'ai entendu les rumeurs et les mensonges calomnieux."

"J'ai essayé de réfléchir sur un moyen de traiter ce problème. Je ne peux pas diriger Ayodhya et je n'ai pas le respect de mon peuple pour ma reine. Donc, avec un grand chagrin et une grande volonté, j'ai pris une décision. Avant l'aurore de demain toi et Sumantra emmènerez Sita dans la forêt. Laissez-la là-bas et revenez."

"Mais elle mourra."

"C'est la nature du monde," dit Rama. "C'est ce que je dois faire."

Lakshmana dit tristement, "La loi du dharma est difficile à comprendre et parfois encore plus difficile à suivre. Cet acte est mauvais. En aucune façon Sita ne t'aurait désobéi ou aurait commis ce que le peuple affirme. Je le sais dans mon cœur."

"Fais ce que j'ai dit, mon frère."

Avant le lever du soleil, Ayodhya était plongée dans un brouillard dense. On aurait dit que le soleil refusait de se montrer pour se jour fatal.

Sumantra, Lakshmana et Sita traversèrent la rivière dans un petit bateau de pêche. Lakshmana était assis à côté de Sita. Sita pouvait le voir pleurer.

"Qu'y a-t-il ?" demanda-t-elle.

"Mon frère, ton mari a écouté trop longtemps et trop bien ce que disait le peuple d'Ayodhya. Ils ont dit que tu as été infidèle à Rama. Et pour éviter une disgrâce plus grande, notre roi m'a demandé de t'escorter dans la forêt."

Sita se tourna vers Sumantra. "Ne cherche pas de raison ici," dit-il. "Cet acte est au-delà de la compréhension des hommes. Rama vivra seul désormais."

"Pourquoi cela doit-il être fait ?" pleura Sita.

Sumantra continua : "Tout l'univers est un signe à lire correctement. La guerre et la paix, l'amour et la séparation sont des portes que nous devons franchir pour passer dans les autres mondes. Ne vieillissons pas en pensant que la vérité est ce que la plupart des gens pensent ou disent.

Sita, tu reviendras vers Rama seulement en entrant dans cette forêt. Ce monde est comme un souffle sur un miroir. Il ne dure pas. Sois patiente."

Sumantra et Lakshmana ramenèrent Sita dans la forêt.

Sita sourit et dit, "Au revoir, Sumantra. Tu as touché mon cœur avec tes mots sages et tu m'as donné un nouvel espoir. Au revoir Lakshmana, mon beau-frère. Porte-toi bien."

Sita resta au bord de la rivière pendant que le bateau de Sumantra et Lakshmana traversait la rivière. Puis elle entendit la douce voix de la déesse de la rivière dire, "Laisse la vie partir, Sita. Ne survis pas à la vie. Viens chez moi. Viens chez moi. Plonge en moi."

Sita était sur le point de rentrer dans la rivière quand elle entendit la voix d'un vieil homme.

"Ne rentre pas dans la rivière," dit-il.

Sita regarda le vieil homme poilu et demanda, "Qui es-tu ?"

"Je suis Valmiki, poète et ermite. Je vis dans la forêt. Que ma demeure soit la tienne."

Il emmena Sita chez lui dans la forêt.

Là Sita donna naissance aux fils jumeaux de Rama, Kusa et Lava. Pendant les douze années qui suivirent, elle et ses fils vécurent avec Valkimi.

Pendant ce temps, Valkimi composa un poème appelé le Ramayana. Quand il l'eut fini, il apprit le poème aux garçons ligne par ligne. Il leur apprit comment chanter le poème pendant qu'il jouait de la flûte et du tambour

Les garçons apprirent vite.

À Ayodhya, le Roi Rama décida d'organiser un grand festival public. Il invita tout son royaume à y participer. Il y aurait de la musique, des récits et des chansons.

Kusa et Lava se rendirent à Ayodhya pour réciter ce que Valkimi appelait le premier poème de la terre.

Le premier jour du festival, les garçons commencèrent à chanter l'histoire. Rama entendit parler de ce magnifique poème et vint l'écouter. Après en avoir entendu seulement quelques lignes, Rama demanda, "Quel est le nom de cette belle chanson ?"

"Ramayana," dit Kusa.

Rama regarda les jumeaux. Son cœur brûla d'émotion. "Ce sont mes fils !" déclara-t-il.

Il envoya un messager pour trouver Sita et la convaincre de retourner à Ayodhya.

Le lendemain Sita revint. Elle était vêtue en rouge et or. Rama était rempli de joie.

Sita s'approcha de Rama et dit, "Laisse-moi prouver mon innocence devant toi une fois pour toute."

"Je te donne la permission," répondit Rama.

Sita recula alors d'un pas et dit, "Terre mère, si j'ai été fidèle à mon mari, prends-moi."

La terre gronda. Le sol ondula et bougea sous les pieds de Sita. Dans un grand bruit le sol s'ouvrit et prit Sita. La terre se secoua de nouveau et se referma.

Pendant ce moment là, dans tout dans l'univers, régna l'harmonie.

"Je ne verrai plus jamais Sita tant que je vivrai sur terre," dit Rama.

"C'est une vie courte qui nous est donnée."

Rama régna sur Ayodhya pendant un millier d'années.

Un jour Rama pensa, "Où est ma vie ? Et où suis-je ?

Je veux aller chez moi maintenant. Je suis né du dieu Vishnu, et il est temps pour moi de revenir à lui."

Rama quitta le palais et sortit dans les rues pleine de monde d'Ayodhya. Tous étaient tranquilles au passage du roi.

Rama continua à marcher jusqu'aux rives de la rivière Sarayu.

Il toucha l'eau avec ses pieds. Tous les dieux le regardaient. Même Brahma, le créateur, vint en personne voir Rama.

Il parla à Rama : "Viens, Ô Vishnu, rejoindre tes frères, Lakshmana, Satrughna et Bharata. Reviens à Vishnu. Reviens au paradis."

En entendant les mots de Brahma, Rama sourit et avança dans la rivière. Tous les disciples de Rama pénétrèrent dans la rivière après lui et tous allèrent au paradis. Rama était chez lui.

Le Ramayana fut aimé et prié par tous. Les dieux étaient contents.

Lava et Kusa voyagèrent dans toute l'Inde pour chanter le glorieux poème de Valkimi sur leur père.

Où qu'ils allaient, ils disaient, "Les hommes qui écouteront le Ramayana auront une longue vie. Ils seront libérés des péchés et auront de nombreux fils. Les femmes qui écouteront le Ramayana auront le bonheur d'avoir des fils comme Rama et ses frères. Tous ceux qui écoutent plaisent à Rama. Telle est la gloire de cette histoire. Puisse tous ceux qui le réciteront ou l'écouteront trouver l'amour, la sagesse et la puissance.


Adaptation de Larry Tominberg.
Traduction de l'auteur du site.