FORMALITÉS
COMMENT Y ALLER
SE DÉPLACER EN INDE
US ET COUTUMES
COÛT DE LA VIE
ALIMENTATION
SANTÉ
DIVERS
 

 

FORMALITÉS

Pour partir en Inde il vous faudra un passeport en cours de validité et un visa touristique de six mois.
Le visa peut être obtenu directement à l'ambassade de l'Inde à Paris ou par correspondance. Il vous en coûtera 50 euros (tarifs 2007), deux photos d'identité et la photocopie d'une pièce d'identité. Par correspondance la somme a régler est de 56 euros.

Service Consulaire de l'Ambassade de l'Inde
Service des visas
20-22, rue Albert Magnard
75016 PARIS

À noter que ce visa est valable à partir de la date de délivrance et non pas de l'entrée dans le pays.
Certaines régions de l'Inde sont d'accès restreint et il faut demander une autorisation spéciale pour s'y rendre.
Pas de vaccinations obligatoires.

Sur le site www.action-visas.com, vous trouverez les formulaires de demande en téléchargement et vous pourrez en outre faire réaliser les démarches pour obtenir votre visa par correspondance.

COMMENT Y ALLER

La solution de facilité consiste à choisir un voyage organisé et à vous laisser guider. De nombreux tour-operators proposent des destinations en Inde mais souvent en Inde du Nord, plus rarement en Inde du Sud.
L'autre solution, c'est la méthode "routard", de loin la plus économique et la plus agréable à condition d'aimer un peu l'aventure et d'avoir la santé. Au départ de la France, le billet d'avion vous coûtera entre 560 et 1000 euros suivant la saison. N'hésitez pas à faire jouer la concurrence entre les compagnies aériennes.
La plupart des vols en provenance de Paris arrivent à Mumbai (Bombay) ou Delhi. Les lignes intérieures assurent la correspondance vers de nombreux aéroports régionaux.
N'oubliez pas que certaines compagnies exigent une confirmation du vol retour au moins 72h à l'avance.

SE DÉPLACER EN INDE

En avion : il existe deux compagnies nationales (Air India et Indian Airlines) qui assurent les liaisons intérieures les plus fréquentées. Les compagnies aériennes indépendantes (Jet Airways et Sahara Airlines) se développent et proposent d'autres liaisons. N'hésitez pas à faire jouer la concurrence.

En train : Le réseau ferroviaire indien est l'un des plus développés du monde (plus de 60000 km de voies) et aussi l'un des plus "folkloriques". Le train est le moyen le plus économique pour se déplacer sur de longues distances mais pas le plus rapide (rarement plus de 60 km/h de moyenne !). Il existe néanmoins des trains de luxe rapide mais leurs lignes sont peu nombreuses.
Il existe deux classes, la première et la deuxième, elles-mêmes divisées en plusieurs catégories (climatisée, couchette, assise).
Si vous le pouvez, il est conseillé de réserver sa place, surtout pour une couchette. Le système de réservation est assez compliqué et il faudra parfois vous y prendre plusieurs jours à l'avance. Heureusement les employés des chemins de fer connaissent bien leur affaire et sauront vous mettre dans le bon train. Notez bien le numéro du train et son nom car les panneaux indiquent rarement sa destination. Il faut noter qu'un certain quota de places est réservé aux touristes. N'hésitez donc pas à le faire jouer.
Si vous ne vous sentez pas le courage d'effectuer la réservation vous-même, adressez-vous à une agence de voyage locale.
La liste des passagers ayant obtenu une place est affichée quelques heures avant le départ du train et sur les voitures. Vous aurez alors la confirmation du numéro de place indiqué sur votre billet.

En bus : Idéal pour les liaisons inter-urbaines de moins de 200 km. Comme le train, la vitesse n'est pas l'atout principal des bus indiens (environ 40 km/h de moyenne). De plus, l'état des routes peut rendre le voyage quelque peu inconfortable mais au niveau du coût, le bus est imbattable.
La plupart des liaisons se font à bord de bus bruyants, inconfortables et d'un autre âge. Il existe des lignes pourvues de bus climatisés et un peu plus confortables.
Rien n'est véritablement prévu pour installer les bagages. Soyez donc particulièrement vigilant si le bus est bondé. Si le chauffeur les installe sur le toit vérifiez qu'ils sont bien fixés !
Les premiers kilomètres que vous parcourrez en bus (ou en voiture) vous sembleront les derniers de votre vie tant le code de la route indien relève de l'anarchie la plus totale. Il semblerait qu'il existe des règles tacites entre les différents véhicules qui se croisent et se doublent. La plus évidente étant : priorité au plus gros ! De plus, les conducteurs utilisent leur klaxon pour un oui ou pour un non, ce qui peut vite devenir pénible.

En voiture : Vous trouverez peu d'endroits pour louer une voiture. De plus, l'état des routes et l'absence de code de la route vous décourageront de prendre vous même la route. Préférez louer une voiture avec chauffeur ou un taxi. Même s'il est bien plus élevé que celui des transports en commun, le prix reste tout à fait abordable et vous vous déplacerez un peu plus vite qu'en bus. L'avantage de ce mode de déplacement c'est que, contrairement au bus, vous pourrez vous arrêter où bon vous semble.

 
En ville : Le meilleur moyen de déplacement en ville et le plus pratique reste le rickshaw ou l'auto-rickshaw (le deuxième étant motorisé). Il s'agit d'un petit triporteur de couleur noire et jaune. Vous ne pourrez pas les manquer ! Il pourra transporter deux ou trois passagers, voire plus.
Les rickshaws sont normalement équipés d'un compteur, exigez du chauffeur qu'il le mette en route. S'il n'y a pas de compteur, il faudra négocier la course. Fixez-vous sur une vingtaine de roupies pour un déplacement moyen et n'hésitez pas à faire jouer la concurrence.
Comme sur les routes, l'état de la circulation en ville vous donnera de belles frayeurs mais vous resterez sans doute admiratif devant l'habilité et la maîtrise des conducteurs de rickshaws.

US ET COUTUMES

Inutile de dire que les règles de comportement en Inde n'ont rien à voir avec celles de l'occident en général.
De nombreuses règles se rapportent à la religion et en premier lieu dans les lieux sacrés. Lorsque vous pénétrez dans un temple, ayez une tenue correcte et n'oubliez pas de vous déchausser à l'entrée (en général des endroits sont prévus à cet effet monnayant quelques roupies). Une fois à l'intérieur du temple, ne touchez pas aux statues et n'entrez pas dans le saint des saints. Les photographies sont généralement autorisées mais assurez-vous en avant d'en prendre. Dans certains grands temples vous devrez vous acquitter d'une taxe sur les appareils de prises de vue (appareil photo, camescope, caméra). Ne vous laissez pas abuser par les divers "marchands du temple" que vous croiserez à l'intérieur, en particulier ceux qui proposeront de vous bénir et qui vous demanderont de l'argent par la suite. Refusez poliment mais fermement.
En revanche, ne résistez pas au plaisir de vous faire "bénir" par les éléphants qui se trouvent parfois à l'entrée des temples. Contre un petit billet, celui-ci posera sa trompe sur votre tête en signe de protection.

Au contact de la population, soyez attentif à certains de vos gestes. Ne tendez pas la main pour saluer un indien. Préférez le salut traditionnel qui consiste à joindre les mains devant la poitrine.
Évitez de vous servir de la main gauche car les hindous la considèrent comme impure. Cette restriction est bien sûr valable à table (la plupart des gens mangent avec les doigts) mais aussi lorsque vous tendez quelque chose (argent, objets divers...). Lavez vous les mains avant de manger. Il y a toujours un lavabo dans les restaurants, même les plus modestes.
Si vous êtes invités à pénétrer dans le domicile d'un indien, pensez à enlever vos chaussures et n'entrez dans les pièces qu'après y avoir été invité.
Au début de votre séjour vous serez probablement intrigués par le hochement de tête des indiens lorsqu'ils acquiescent. Il ressemble à notre "non" mais il signifie "oui" ou "j'ai bien compris."

Si vous voyagez en Inde, vous devrez vous familiariser avec l'usage du bakchich. Sorte de pourboire, le bakchich servira à remercier un service rendu ou à faire en sorte qu'il soit rendu le plus rapidement possible ! Il est souvent difficile d'apprécier le montant du bakchich, c'est à vous de voir en fonction de ce vous attendez ou de ce que vous voulez (en moyenne entre 5 et 15 roupies).
Pensez à garder quelques pièces pour les nombreux mendiants qui viendront vous demander l'aumône même si vous ne pourrez pas donner à tous. N'oubliez pas que "protection sociale" est un terme inexistant en Inde et que le système des castes renforcent les inégalités sociales.

COÛT DE LA VIE

Le coût de la vie est particulièrement faible pour un occidental. Manger ne vous coûtera que quelques dizaines de roupies (1 euros = 47 roupies). Même les restaurants des grands hôtels sont tout à fait abordables.
En ce qui concerne le logement, de nombreux hôtels n'attendent que vous. Leur qualité va du taudis au grand luxe à l'occidental. Dans les villes de taille moyenne vous trouverez des chambres doubles pour 200 à 400 roupies. À qualité égale le prix des chambres augmentent en général avec la taille de la ville. La palme revenant à Mumbai.
Il est presque toujours possible de négocier le coût d'une chambre ou de demander à avoir une chambre triple pour le prix d'une double.

ALIMENTATION

Si vous ne pouvez pas vous passer de votre steack-frites favori pendant plus d'une semaine, n'allez pas en Inde. Rien n'est plus déroutant et original que la cuisine indienne.
L'alimentation des indiens est surtout végétarienne dans le sud, un peu moins dans le nord.
Il n'y a pas de petits déjeuners au sens occidental du terme. Les indiens mangent salé dès le matin. Pour trouver des toasts et de la confiture, vous devrez aller petit-déjeuner dans les restaurants des grands hôtels mais n'attendez rien de miraculeux.
Les habitudes alimentaires sont assez différentes entre le nord et le sud de l'Inde.

Au sud, le riz sert de base alimentaire. Les plats sont souvent relevés mais rarement au point d'être immangeable. En guise de pain, on vous servira des galettes (chapati ou naan) cuites dans le four tandoori. Dans la plupart des restaurants fréquentés par la population, vous mangerez surtout des thalis. Il s'agit de riz auquel sont ajoutées différentes sauces, plus ou moins relevées.
Ils seront servis sur des feuilles de bananier ou sur des plats en métal et accompagnés de dhal (soupe de lentilles). Si vous êtes lassés par cette nourriture populaire mais très peu chère, offrez-vous un bon restaurants où les plats sont plus variés et où vous pourrez manger avec des couverts et dans une assiette pour un prix très abordable.

Dans le nord les indiens mangent plus de viandes et les céréales en général, le blé en particulier, sont plus utilisées que le riz. Le nord s'est fait une spécialité de la cuisine tandoori. Elle tire son nom du four utilisé pour la cuisson (le tandoor). Vous trouverez aussi beaucoup de plats biryani où la viande est mélangée avec du riz parfumé.
Que se soit au sud ou au nord, il existe une grande variété de desserts. Il s'agit le plus souvent de pâtisseries et de confiseries plus ou moins sucrées.
Les indiens aiment terminer leur repas en mâchant un paan. Il s'agit d'un mélange de condiments, d'épices, de produits divers enveloppés dans une feuille de bétel. Le paan est censé faciliter la digestion mais rares sont les estomacs occidentaux qui supportent un tel traitement.

Les boissons. Vous n'aurez aucun mal à vous abreuver en Inde. De nombreuse échoppes vendent toutes sortes de boissons, chaudes et froides. Les indiens boivent beaucoup de thé et de café mais ils les boivent systématiquement sucrés et au lait. Succulents ! Si vous voulez un café ou un thé noir, n'oubliez pas de le préciser lors de votre commande.
La boisson que vous consommerez le plus, c'est l'eau minérale. Gardez-vous de boire l'eau du robinet sous peine de connaître les joies de la tourista. Une bouteille de 2 litres coûte une quinzaine de roupies. Vous trouverez aussi sans problèmes des boissons gazeuses comme du Pepsi (Coca Cola a longtemps fait l'objet d'un boycott de la part du gouvernement indien) ou des boissons locales.
De nombreuses échoppes vous proposeront des jus de fruits pressés. Demandez les sans eau ou alors avec de l'eau minérale. Dans le sud, laissez-vous tenter par le jus d'une noix de coco fraîche ou par le jus de canne à sucre.
N'oubliez pas non plus de goûter les délicieux lassis, sortes de yaourt liquide que vous pouvez boire salé, sucré ou mélangé à un fruit écrasé. Vraiment délicieux.

SANTÉ

Soyez scrupuleux sur votre hygiène en Inde. Lavez-vous les mains le plus souvent possible et surtout avant de manger. Évitez de boire de l'eau du robinet. Une petite trousse à pharmacie vous sera utile pour les petits ennuis (aspirine, pansements, antidiarrhéique, antiseptique, aiguilles stériles, pastilles purificatrices d'eau...)
Une fois sur place pensez à vous prémunir contre les attaques de moustiques. L'Inde se trouve en effet dans une zone endémique du paludisme. N'hésitez pas à demander un antipaludique à votre médecin. Dormez sous une moustiquaire que vous aurez achetée et traitée avant de partir.
Si vous portez des lunettes ou des lentilles de contact, pensez à en prendre un double.
Il n'y a pas de vaccins obligatoires pour entrer en Inde mais certains ne seront pas superflus : diphtérie, tétanos, polio, hépatite A et B, typhoïde. Pour plus de précisions, adressez-vous à un centre de vaccinations.
Si vous voyagez pendant la saison chaude, prenez soin de boire souvent et de manger équilibré. Si vous craignez de ne pas vous faire à la cuisine indienne, emportez des suppléments vitaminés.
Ayez à portée de main un rouleau de papier toilette et du savon (vous trouverez ce genre d'articles quasiment partout).
Ne pensez pas que voyager en Inde va mettre en péril votre santé. Il suffit de suivre quelques règles d'hygiène simples pour que tout se passe bien.

DIVERS

Décalage horaire : +3h30 en été, +4h30 en hiver.

Électricité : 220-230 V; 50 Hz. Pas besoin d'adaptateur pour vos appareils électriques.

Monnaie : la roupie (Rs).
1 roupie = 100 paisas (P).
1 euro = environ 47 roupies.

L'homosexualité est réprimée par la loi indienne.